top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurjfhirsch

"Le Passeur de l'Inconscient : Les Métaphores en Hypnothérapie et le Voyage vers la Catharsis"

Dernière mise à jour : 21 août 2023


vieux stoicien riant face aux tempêtes

Dans le domaine de l'hypnothérapie, les métaphores agissent comme des passeurs silencieux, des gardiens qui ouvrent la porte vers le subconscient de l'individu, pour permettre un voyage thérapeutique profond. Elles sont ces navires insaisissables qui voguent sur les eaux tumultueuses de nos pensées conscientes, pour atteindre les rivages plus calmes et inexplorés de nos perceptions subconscientes.


Lorsqu'un hypnothérapeute utilise une métaphore, il tisse une histoire qui, tout comme un fleuve mystérieux, suit son propre cours et se fraye un chemin à travers les méandres de nos mécanismes de défense mentaux. La métaphore, dans sa sagesse silencieuse, ne combat pas ces mécanismes, elle ne les force pas à s'ouvrir, mais plutôt, elle danse avec eux, elle se faufile entre les mailles de leur filet, se fondant dans le paysage intérieur de l'individu.


Dans cette danse délicate, la métaphore crée un espace où l'esprit conscient et le subconscient peuvent se rencontrer, fusionner et interagir. Elle présente une réalité parallèle, une alternative à la vérité perçue, qui peut être acceptée par le subconscient sans éveiller la résistance ou le scepticisme du conscient. C'est ainsi que la métaphore facilite une catharsis, une libération des émotions et des tensions retenues, une révélation des peurs cachées et des désirs non exprimés. Comme une douce pluie tombant sur un sol desséché, elle infiltre les couches profondes de l'âme, réveillant la vie là où tout semblait perdu, apportant la guérison là où la douleur semblait irréparable.


Le pouvoir de la métaphore dans l'hypnothérapie réside dans sa capacité à transporter l'individu au-delà de l'ici et maintenant, vers un espace de potentiel, où le changement n'est pas seulement possible, mais inévitable. C'est un lieu où le silence parle plus fort que les mots, où les images prennent vie et laissent une impression durable, façonnant la manière dont l'individu perçoit sa réalité. C'est dans cet espace que la transformation peut avoir lieu, que la catharsis peut être expérimentée et que le véritable processus de guérison peut commencer.


De Marbre : Une Histoire de Résilience et de Sagesse"

Caché par des arrêtes et des pics, dans le creux des montagnes il y a un petit village ou vivait un sculpteur habile. D’un naturel taiseux, quand on le questionnait il haussait les épaules et certains jours ou le temps le réjouissait, au mieux il grommelait une réponse inententable. Alors de lui, on ne savait pas, on savait peu sauf son ardeur au ciseau et sa passion d’artisan. Il passait ses jours à donner vie à la pierre, créant des œuvres qui cognent d'une beauté brutale. Pourtant, chaque éclat de marbre blanc qui tombait ne faisait qu'accentuer sa frustration. La perfection qu'il recherchait glissait sans cesse de ses doigts comme le fait le sable.


Un jour, une tempête incontrôlable vint souffler le village, emportant les toits des maisons, déracinant les arbres et laissant derrière elle une toile chaotique. Le précieux atelier fut ravagé, ses sculptures uniques dispersées et brisées. Un morceau de marbre blanc, le matériau qu'il avait choisi pour sa prochaine œuvre, avait été emporté par des torrents boueux ce qui fut pour lui le sommet de l’infortune.


Au plus fort de sa détresse, le berger du village, autrefois un vaillant gaillard mais maintenant une frêle représentation de l'homme qu'il était, lui rendit visite. Malgré les ravages du temps sur son corps, l'esprit du berger brillait d'une clarté limpide, éclairant ce que d'autres ne pouvaient percevoir. Il y a des puissances qui s’expriment de l’intérieur.


Voyant l'agonie du sculpteur, le berger lui dit : "Pourquoi pleures-tu ? Ne vois-tu pas que cette tempête, aussi destructrice soit-elle, était hors de ton contrôle ? Tu ne peux diriger le vent pas plus que tu ne peux contrôler les caprices du monde. Ce que tu peux réellement contrôler, c'est ta réaction face à ces événements."


Ces paroles étaient comme une lumière dans l'obscurité, un appel à l'aventure pour le sculpteur. Il réalisa alors qu'il avait passé sa vie à tenter de maîtriser des choses qui étaient hors de son emprise, tout en négligeant ce qu'il pouvait réellement contrôler. Il décida donc de changer sa perspective et de relever le défi qui lui était présenté.

Il prit sur lui de reconstruire son atelier, de créer de nouvelles œuvres, encore plus belles que celles qui avaient été perdues. Mais cette fois, il ne cherchait pas la perfection matérielle ni à contrôler les forces extérieures, mais il se focalisa sur ce qu'il pouvait réellement maîtriser : sa passion, son talent et son désir d'exprimer sa créativité à travers la pierre.


Ce fut le début d'un long voyage d'auto-découverte. L'artiste se transforma lentement, passant d'un sculpteur frustré à un sage tranquille. Il travaillait désormais en harmonie avec la pierre, apprenant à l'apprécier pour ce qu'elle était plutôt que pour ce qu'il voulait qu'elle soit. Son art devint un dialogue avec la nature, une danse avec l'inconnu.

À la fin de son voyage, il avait changé. Les villageois qui le connaissaient autrefois comme un sculpteur à l'expression sombre le virent maintenant avec un sourire serein et une lumière dans les yeux. Il avait transformé l'adversité en force, l'angoisse en paix. Ce n'était plus une lutte, mais une danse. Ce n'était plus une contrainte, mais une liberté.


La légende du sculpteur de pierres, se propagea bien au-delà de son humble village. Non pas pour ses sculptures, aussi captivantes soient-elles, mais pour la sagesse qu'il avait acquise. Son histoire devint une parabole vivante de l'enseignement stoïcien, un écho de l'idée que nous devrions concentrer notre attention sur les choses que nous pouvons contrôler et accepter celles que nous ne pouvons pas.

Lorsque le temps eut fini par le rattraper, laissant derrière lui un village en deuil, son héritage perdura. Les villageois transmirent son histoire de génération en génération, et son atelier, autrefois détruit par la tempête, devint un sanctuaire pour ceux qui cherchaient la vraie sérénité.


Il avait enseigné à tous une précieuse leçon : le bonheur ne se trouve pas en essayant de contrôler le monde extérieur, mais en maîtrisant notre monde intérieur. Ainsi, même si le sculpteur n'était plus, son message survivait, gravé dans le cœur de tous ceux qui entendaient son histoire.




Comentarios


bottom of page